11 janvier 2023
Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – La santé, une priorité présidentielle

À Port-Marly dans les Yvelines, le Centre Hospitalier Privé de l’Europe, (Vivalto Santé) a ouvert en avril dernier un bloc « Fast-Track » pour fluidifier la prise en charge des patients.

Cette nouvelle année s’engage avec une « priorité santé » affichée au plus haut niveau de l’Etat. Vendredi, le Président de la République a dit sa détermination à en faire l’un de ses chantiers majeurs d’implication, avec en toile de fond la préservation du « trésor » de la période Covid : l’intelligence collective des coopérations.

A de nombreuses reprises, Emmanuel Macron a fait référence aux établissements de santé privés, saluant tous ceux qui « coopèrent formidablement », et appelant à amplifier l’ensemble des logiques communes au service de l’accès et de la permanence des soins. Je note avec intérêt cette notion de « contractualisation » sur les territoires, autour d’objectifs de santé publique : elle doit concerner l’ensemble des acteurs, publics comme privés, selon les mêmes modalités et avec les mêmes moyens.

Les hôpitaux et cliniques privés à missions sont, et seront, au rendez-vous de cet engagement de tous, en pleine « symétrie d’intensité », pour reprendre les termes de son discours. Et cet esprit de « récompense » des plus vertueux est conforme aux valeurs de notre profession !  Mais le socle des coopérations que le Président appelle de ses vœux – et leur meilleur gage de réussite – doit être l’émergence dès 2023 d’un Service Public de Santé fondé sur les missions, à égalité de droits comme de responsabilités.

Lors de nos Vœux hier, nous avons été particulièrement heureux de recevoir la ministre Agnès Firmin-Le Bodo, qui a remercié l’hospitalisation privée pour son action. Elle a exprimé des vœux « d’optimisme raisonné » sur la capacité à travailler ensemble, car les solutions existent sur les territoires, sous réserve que soient données aux acteurs plus de souplesse et de liberté d’innover. Nous ne saurions mieux dire.

Autre motif de satisfaction : la lucidité et le volontarisme présidentiels sur les pénuries de professionnels et l’impératif d’agir vite, sur les leviers de la formation et de l’attractivité, la révision de Parcours Sup, le développement des délégations de compétences et des pratiques avancées…

Concernant les modes de financement, le cap reste encore largement à clarifier, et la prudence est de mise. Sur la forme, nous avons été largement échaudés par la conduite plus qu’erratique d’autres réformes, telles que celle des soins médicaux et de réadaptation, ou de la psychiatrie. Sur le fond, nous réaffirmons notre attachement à la sanctuarisation d’une part largement majoritaire de tarification à l’activité, qui a fait ses preuves pour l’efficacité du système de santé au service des patients, tout en étant contributifs afin d’imaginer des formes complémentaires de rémunération, cohérentes à la fois avec l’atteinte des objectifs de santé assignés, et le rôle joué par les différents acteurs dans l’offre de soins. La FHP sera, évidemment, force de proposition.

Lamine Gharbi

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Share This